I HATE MODELS

TECHNO

vendredi

Cet Hiver, nous annoncions le retour du festival Electrobotik Invasion au circuit Paul Ricard.

Ce projet était porté par un collectif d’organisateurs d’événements, de bookers mais surtout de passionnés souhaitant redonner vie à ce festival mythique du Sud Est de la France.

Pourtant, c’est avec une grande tristesse et amertume que nous vous écrivons ce texte.

Les conditions d’organisation des manifestations culturelles ne sont-elles devenues possibles que pour les grosses machines ? Nous faisons face désormais à des prestataires techniques et logistiques qui demandent des avances trop conséquentes alors que nous ne touchons qu’une partie minoritaire de la billetterie avant l’ouverture de l’événement, des dispositifs de sécurité considérables sont imposés, une complexité administrative écrasante et un contexte de rude concurrence des grandes machines qui ont standardisé l’offre culturelle autant qu’ils ont éparpillé les publics. Et encore, pour tout cela l’habitude nous a appris à chercher à optimiser nos coûts en étant imaginatifs pour résister à un cadre restrictif et onéreux.

Néanmoins, quand nous avons appris ce Mardi 16 Juillet à 14 :32 de la part de la direction générale des services de la ville du Castellet que l’autorisation de débit de boissons ne nous sera finalement plus accordée, invoquant des raisons légales aussi fausses qu’imprécises, c’en était trop pour nous. Cette décision est en opposition avec les recommandations de la préfecture qui, par ailleurs, a rendu un avis technique favorable. Ce qui nous interpelle ce n’est pas tant l’erreur de l’interprétation juridique de la Mairie, mais le fait que cette décision intervienne deux semaines avant la manifestation, ne nous laissant pas le temps de contester légalement l’infondée de cette décision.

Ainsi, nous avons pris le temps d’évaluer les conséquences en cascade : inenvisageable de se passer des recettes de la buvette qui représentent 25% du total de ces dernières, impossible de contester la décision administrative dans les délais impartis ou de maintenir la buvette compte tenu des poursuites judiciaires auxquelles nous nous exposons, impossible de profiter d’une nécessaire couverture assurantielle dans ce contexte. Cela vient s’ajouter à des conditions sécuritaires importantes comme, à chaque fois, lorsqu’il s’agit de manifestations électroniques en France.

Etant donné le danger financier et juridique auquel nous sommes exposés et après une nuit agitée, nous n’avons pas d’autres choix que d’annuler purement et simplement la manifestation.

Ce n’est pas la première fois que le festival subit une entrave administrative à la libre entreprise. Personne n’est dupe, nous savons depuis des années que l’interprétation de la loi, et plus généralement les mesures de sécurité, est toujours plus rigide lorsque ce sont nos cultures qui sont en question. Nous ne savons pas encore à ce stade comment nous allons gérer la suite tant que nous n’avons pas encore mesuré totalement les lourdes conséquences financières et en termes d’emploi pour Audiocorp autant que pour l’ensemble des partenaires qui ont engagé leurs fonds et leur responsabilité.

Nous tenions néanmoins à rassurer le public sur le fait que nous n’avons encaissé aucune prévente et que le remboursement des tickets se fera dans les prochaines semaines par les voies habituelles auprès de nos partenaires de billetterie.

Nous ne pourrons jamais vous décrire comment nous sommes assommés et déçus. Il est vraiment temps que la puissance publique et les communes travaillent à un cadre juridique qui sécurise toutes les parties et évite des décisions injustes aux conséquences graves sur la diversité culturelle, l’emploi du secteur et le droit inébranlable de la libre entreprise.

L’équipe Electrobotik.